Sécurité et efficacité du vaccin HPV:

 

Réponses attendues des Ministres de la Santé et du Gouvernement

Judy Wilyman, MSc

(Translated by a professional colleague)

 

En Australie, comme dans d’autres pays, le vaccin HPV a été recommandé pour les adolescentes, les femmes (et maintenant les garçons) comme étant un vaccin destiné à empêcher le cancer du col de l’utérus. Les Départements de la Santé ne prennent pas suffisamment en compte les inquiétudes des parents.

Ce vaccin suscite pas mal d’inquiétudes sur les plans scientifique et éthique. Les gouvernements se doivent de répondre aux point suivants :

Avant que ce vaccin contre le cancer du col de l’utérus soit commercialisé en 2006, il n’avait pas été démontré qu’il était sûr et efficace. On suppose seulement qu’il est efficace contre ce type de cancer.

Le Gardasil présente 3 fois plus d’effets secondaires que tous les autres vaccins Combinés.

 

Chacune des «  injections contient 225 ug d’hydroxyphosphate d’aluminium, unadjuvant connu pour être lié à des maladies auto immunes, maladies chroniques dont le nombre ne cesse d’augmenter. (2,3)

Chacune des 3 injections contient du borate de sodium ( un pesticide) qui a été mis en rapport avec des problèmes d’infertilité, des convulsions (attaques) et des paralysies. En 2005 la National Library of Medicine (NLM) de l’Institut National de Santé Publique a qualifié ce produit de dangereux poison et a déclaré

«  On ne le trouve plus régulièrement dans les préparations (4,5). Le vaccin HPV a été approuvé en 2006.

Chacune des «  injections contient aussi du polysorbate 80, un émulsifiant lié à des problèmes anaphylactiques, à des convulsions, au collapsus et des problèmes de fertilité

chez les animaux (4,5).

Depuis sa mise sur le marché on a rapporté 94 décès et 21.635 effets secondaires.

Il n’existe aucune vaccinovigilance systématique et long terme des effets secondaires.

Le système ne se base que sur la surveillance passive. Le CDC déclare «  Les données du VAERS ne peuvent pas être utilisées pour conclure à une relation causale entre les,   vaccins et les effets secondaires. (1) Si personne ne suit et ne contrôle scrupuleusement les effets secondaires des vaccins, aucune preuve ne peut exister que ces vaccins ne soient pas sûrs. Cela signifie également qu’il ne sera pas possible de déterminer si, dans 10, 15 ans les femmes vaccinées auront un risque plus élevé d’infertilité.

Au cours des essais cliniques, l’adjuvant du placebo contenait plus d’aluminium (produit

chimique lié à des maladies auto immunes) que le vaccin lui-même (2) . Ceci ne semble guère correspondre à une étude scientifique menée selon les règles.

 

Pourquoi ce vaccin a-t-il été commercialisé de manière aussi agressive pour les femmes australiennes alors que le cancer du col de l’utérus représente un risque très faible pour ces femmes comme aussi dans tous les pays développés, et alors que le vaccin contient des produits qui sont liés à des problèmes d’infertilité ? L’autre vaccin HPV (Cerverix) ne contient pas du borate de sodium ou du polysorbate 80. Alors pourquoi est-il nécessaire d’utiliser dans le Gardasil des produits chimiques liés à l’infertilité et commercialisé pour les adolescentes et les femmes de tous âges ?

La communauté réclame des réponses à ces questions…

Judy Wilyman MSc

 

http://www.theoneclickgroup.co.uk/news.php?view=yes&id=6307#newspost

 

References

1.        Slade B A, Leidel L, Vellozzi C, Woo EJ, Hua Wei, Sutherland A, Izurieta H, Ball R, Miller N, Braun M, Markowitz L, Iskander J, 2009, Postlicensure Safety Surveillance for Quadrivalent Human Papillomavirus Recombinant Vaccine,  Journal of the American Medical Association, 302 (7): 750 – 757

2.        Villa LL, Costa R, Petta C et al, 2005, Prophylactic quadrivalent human papillomavirus (types 6,11,16 and 18) L1 virus-like particle vaccine in young women: a randomized double-blind placebo-controlledmulticentre phase 11 efficacy trial, Lancet Oncol 2005:6:271-8

3.        Shoenfeld Y and Agmon-Levin N, 2011, ASIA – Autoimmunity/inflammatory syndrome induced by adjuvants, Journal of Autoimmunity, 36 p. 4-8.

4.        Centre for Disease Control and Protection (CDC), Vaccine Excipient and Media Summary, Part 2, excipients included in US Vaccines, by Vaccine, visited 24.5.11

5.        World Association for Vaccine Education (WAVE), Vaccine Ingredients, www.novaccine.com visited 24 May 2011

6.       S.A.N.E Vax Inc. Safe, Affordable, Necessary and Effective Vaccines, www.sanevax.org visited 28 April 2011

 

 

Speak Your Mind

*

*